Sept ans : L’âge de raison ? 2005-2012 : Les raisons d’espérer à l’ère du numérique

alt

Musique et vidéo en ligne, liseuses et autres tablettes, jeux connectés… les sept dernières années ont vu éclore une palette de technologies supposées révolutionner les médias. Ces évolutions tiennent-elles aujourd’hui leurs promesses ? Les usages culturels numériques représentent-ils en 2012 autant de sources de création de valeurs – valeur d’usage, valeur économique et patrimoniale, valeurs culturelles et sociales ? Des raisons d’espérer émergent-elles aujourd’hui? Au cours des quatre éditions précédentes du Forum, Bain a étudié les évolutions des comportements de consommation des biens et services culturels, à mesure que les terminaux connectés se démocratisent. La première conclusion de notre dernière étude auprès de plus de 6000 consommateurs sur quatre continents souligne combien des innovations en apparence désordonnées sont en fait l’expression de cinq tendances de fond :

  • Abondance – l’accès à une diversité infinie de contenus, désormais un présupposé pour les consommateurs de tous pays
  • Personnalisation – la segmentation accrue des goûts exprimés, phénomène de société qui va au-delà des biens et services culturels, mais y trouve son paroxysme
  • Agrégation – l’émergence de puissants « carrefours d’usage », Google et Facebook en tête, à la faveur de la fragmentation des audiences
  • Communauté – la prééminence des réseaux sociaux dans les usages médias en ligne, parce que les algorithmes ne sauraient remplacer le conseil d’un ami
  • Engagement – l’implication croissante des publics dans le dialogue, la découverte et la dissémination des oeuvres, à défaut d’être créateurs eux-mêmes
Télécharger le PDF