Comment la carte bancaire se banalise

Finies les salles luxueuses à hauts plafonds et les guichets en bois rares : les comptes bancaires ont pris leur quartier dans les rayons de la grande distribution. Dernier exemple en date, la carte proposée par la Fnac depuis le 2 mai. Lié au compte bancaire du porteur, il s'agit d'un moyen de paiement utilisable dans tout le réseau Mastercard, doublé d'un outil de fidélisation. L'enseigne culturelle met en place un système de cagnottage (ou cash back), populaire de longue date aux Etats-Unis : le montant équivalent à 1% de tous les achats réalisés avec la carte, y compris hors du réseau Fnac, est crédité sur le compte fidélité du porteur.

«Les banques doivent naturellement être très vigilantes, surtout lorsque ces nouveaux entrants peuvent s’appuyer à la fois sur un puissant réseau de distribution et sur une large base de clients, relève Ada Di Marzo, associée de Bain & Company.